La construction d'un Cerf-Volant.


La bride
La couture
La découpe
Les goussets
Les noeuds
Les ourlets / les ganses
Les pattes
Les poches
Les renforts
Les scellements
Séquence d'assemblage
Les tours de main


Chapitre précédent
Les outils.
Chapitre suivant
Cerf-volant pour enfant

La bride.

La bride du cerf-volant
La bride d'un cerf-volant est d'une importance bien souvent sous-estimée. Elle a pour fonction de :
  • Déterminer l'angle de vol du cerf-volant : incidence.
  • De répartir la force du vent sur la structure du cerf-volant. De maintenir la voile des cerfs-volants démunis de baguette (parafoil, manche à air, luge …).
  • D'empêcher le cerf-volant de basculer vers l'avant (Cas du Cody par exemple).

Principe de vol d'un cerf-volant :

  • L'angle formé par la voile au décollage par rapport à la verticale doit être compris entre 20° et 30°.
  • La force du vent donne naissance à une force dite de "portance" qui va envoyer le cerf-volant vers le haut.
  • Au fur et à mesure de l'ascension, le cerf-volant va s'incliner vers l'avant et la portance va progressivement diminuer.
  • A un certain moment, les forces mises en jeu vont s'équilibrer et le cerf-volant va occuper une position "stationnaire", il a atteint un point d'équilibre.

Réglage de la bride ;

  • L'angle d'incidence sera réglé par le déplacement d'un anneau sur la bride par un nœud tête d'alouette.
  • La ligne sera fixée à l'anneau de la bride par un émerillon.
  • Pour un vent faible choisir une position "arrière" de la bride : descendre l'anneau.
  • Pour un vent fort choisir une position "avant" : remonter l'anneau.

Attention : le réglage doit être effectué par essais successifs en observant le comportement du cerf-volant.

Le point de bridage, c'est à dire l'endroit de fixation de la bride sur le cerf-volant, est indiqué sur les plans. Toutefois on peut garder à l'esprit les "règles" suivantes :

  • Les points de bridage s'appuient directement sur une baguette ou par l'intermédiaire d'une dérive.
  • Sur un cerf-volant statique traditionnel, la bride est fixée à l'avant et à l'arrière de la voile, la longueur de fil utilisé pour la bride est égale à 2 fois la largeur du cerf-volant, ajouter à cette longueur de quoi nouer la bride sur le cerf-volant.
  • Les cerfs-volants à caissons sont bridés à l'avant des caissons.
  • Les cerfs-volants pilotables possèdent un bridage complexe qui doit rester parfaitement symétrique.

La couture.

La couture des panneaux
Deux types de point sont couramment utilisés :
  • Le point droit, sa longueur ne doit pas descendre en dessous de 2 mm, si le point est trop petit vous vous exposez au risque de voir la toile se déchirer "selon le pointillé", trop long les panneaux ne sont pas réellement assemblés ! Une longueur de 2 ou 3 mm est la plus souvent utilisée.
  • Le point zig-zag est généralement utilisé pour ganser un bord. Ce point doit être triple : 3 points vers la droite puis 3 points vers la gauche etc ... La longueur du point choisi est alors de 1 mm ce qui permet de coudre sur une largeur de 4 mm environ.

Toutes les coutures doivent être arrêtées :

  • Commencer et terminer chaque couture par une piqûre droite, 4 ou 5 points qui se recouvrent (marche avant puis mache arrière sur la machine). Ceci doit être fait également au point droit pour les coutures en zig-zag.
 

La découpe.

La découpe des panneaux.
Pour découper les panneaux vous utiliserez les ciseaux pour la soie, le coton ou le papier. Pour la toile de spi ou le plastique, le fer à souder ou le cutter seront employés.

Le droit fil "doit" être respecté (coton, soie et spi), la trame de la toile "doit" être parallèle au bord de fuite de votre panneau.

Il faut veiller à minimiser les pertes de toile en positionnant au mieux vos découpes.

Si plusieurs panneaux identiques sont à découper il est hautement souhaitable d'utiliser un gabarit de découpe afin d'obtenir des pièces identiques.

 

Les goussets.

Les goussets sont des gaines en DACRON qui permettent le passage de baguettes.
Le gousset se coud sur la partie externe d'une voile (Fig. 1).

La largeur de la bande de DACRON doit permettre le passage de la baguette et la couture de la gaine sur la voile.

Outre son rôle de "support" pour une baguette et de tension de voile, le gousset permet aussi de réunir des parties différentes d'un cerf-volant. Les cerfs-volants à "caissons" comme le Cody utilisent cette technique pour rendre solidaires les parties avant et arrière du cerf-volant.

Fig. 1

Le gousset se coud aussi sur la partie des panneaux ayant servi à l'assemblage des voiles (Fig. 2) .

Il faut dans ce cas procéder à l'assemblage des voiles avant de mettre en place le gousset.

Exemple de gousset pour le passage d'une baguette de 5 ou 6 mm :

  • Découper une bande en DACRON de 40 mm de large.
  • Replier en deux dans la longueur et épingler.
  • faire une piqûre droite à 6 mm du bord.
  • Ecarter les deux pans libres du gousset en "forçant l'ouverture".
  • Introduire le panneau à équiper entre les deux pans libres du gousset et épingler au fur et à mesure de la mise en place.
  • Coudre le gousset au point zig-zag sur le panneau.

Fig 2


L'extrémité d'un gousset permet la tension d'une voile.
1) Percer à chaud, à l'extrêmité du gousset, un trou à l'aide d'un poinçon chauffé au rouge (un simple clou peut faire l'affaire). Le diamètre du poinçon doit être supérieur à celui du sandow qui sera utilisé pour tendre la voile (Fig 3) .

Fig. 3

2) Munir la baguette d'un embout et, à l'aide d'une boucle en sandow passée par le trou du gousset et celui de l'embout (noeud plat), assurer la tension de la voile (Fig 4).

Il est possible d'utiliser des embouts fendus ou fermés. Dans le cas d'un embout fermé il est souhaitable que son diamètre soit plus important que celui de la baguette : ceci permet un démontage facile lorsque l'on désire replier le cerf-volant pour le transporter. En effet dans ce dernier cas l'embout reste solidaire de la voilure et non de la baguette !

Fig. 4


L'extrémité d'un gousset peut être borgne ou se terminer en poche.
Vous pouvez fermer une extrémité de gousset par une couture et constituer, à l'autre extrémité, une poche. La baguette est introduite dans le gousset, sa longueur doit être très légèrement supérieure à celle du gousset afin d'y rester coincée et d'assurer ainsi la tension de la voile. Ce dispositif peut être utilisé pour les baguettes qui restent à demeure dans les goussets même quand celui-ci est replié.

Ce dispositif est économique car il ne nécessite pas d'embout fendu. Il faudra toutefois veiller à ce que les extrémités de la baguette soient suffisamment arrondies pour ne pas risquer d'user prématurément le gousset : utiliser une lime pour émousser les arêtes vives des extrémités ou les recouvrir d'embouts en plastique.

Fig. 5

 

Les noeuds.

Nom du Noeud Utilisation Illustration

Etape 1

Etape 2

Etape 3

Noeud simple Permet de former une boucle au centre d'une bride.  
Noeud coulant Attacher une ligne à une bride : très fréquent pour les cerfs-volants pilotables. créer une boucle : noeud simple passer la ligne dans la boucle insérer sur la bride et serrer
Noeud plat Permet de fermer une boucle en sandow pour assurer la tension d'une voile.      
Noeud de chaise Permet d'attacher une ligne ou une queue à un émérillon.
Noeud tête d'alouette Permet de fixer un anneau à une bride. Ce noeud autorise l'ajustement de la position de l'anneau sur la bride en fonction du vent.  


Les ourlets / les ganses.

L'ourlet ou la ganse, sont des moyens indispensables pour renforcer les bords d'attaque et de fuite.
L'ourlet consiste à replier le bord d'une toile (une ou deux fois) puis à le piquer au point zig-zag.

Mode opératoire :

  • Prévoir15 mm de toile en plus que nécessaire à la dimension du panneau final pour les bords à ourler.
  • Replier deux fois sur lui-même le bord à ourler (vous consommez ainsi les 15 mm prévus lors de la découpe).
  • Coudre au point zig-zag.

Poser une ganse consiste à recouvrir le bord d'une toile avec une bande de spi pliée en deux et cousue sur les bords extérieurs d'un cerf-volant (ceux qui sont en contact direct avec l'air : bords d'attaque et de fuite), les bords des panneaux qui sont destinés à être cousus entre-eux où qui recevront un gousset pour le passage d'une baguette n'ont pas à être gansés.

Afin d'accroître la résistance des bords d'attaque et de fuite, il est possible d'incorporer à la ganse, une bande en DACRON de largeur inférieure à la moitié de la largeur de la bande de spi utilisée pour ganser un bord. Une fois cousue cette bande en DACRON reste invisible.

Pour poser une ganse il faut :

Solution 1 : (la plus facile)

  • Découper les bandes de spi et de DACRON nécessaires.
  • Epingler puis coudre au point droit la bande de spi, pliée en deux, à cheval sur le bord d'un panneau.
  • Replier la bande de spi sur le bord du panneau en y incorporant si nécessaire la bande de DACRON, épingler puis coudre avec un point en zig-zag.

Solution 2 : (la plus esthétique)

  • Découper les bandes de spi et de DACRON nécessaires.
  • Epingler la bande en DACRON sur le bord du panneau si vous souhaitez renforcer la ganse.
  • Plier en deux dans sa longueur, la bande de spi, insister sur la pliure avec un ongle.
  • Positionner la bande de spi sur le bord du panneau, épingler en supprimant au fur et à mesure les épingles qui maintiennent la bande de DACRON (si cette bande est présente), puis coudre avec un point en zig-zag.

Pour le choix de la couleur de la bande de spi par rapport à celle du panneau à ganser, il est possible de jouer les contrastes avec, par exemple, un panneau rouge et une ganse en noir, dans ce cas la ganse contribue à l'aspect décoratif du cerf-volant. La largeur de la ganse, une fois terminé, est en rapport avec la taille du panneau à ganser mais aussi avec le caractère décoratif recherché. Une largeur de 8 mm est fréquemment rencontrée (soit une bande de 16 mm repliée en deux).


En vert de la toile de spi, en noir une bande de DACRON


Les pattes.

Les pattes.
Les pattes sont constituées d'une bande de toile ou de DACRON repliée sur elle même.
Elles sont utilisées comme point de fixation d'une bride, d'une queue ou permettent de réunir deux parties d'un cerf-volant par l'intermédiaire d'un lien.

Pattes en spi :

  • Découper une bande de spi de 25 mm de large.
  • Replier en largeur sur toute la longueur, chaque côté de la bande jusqu'au milieu de celle-ci.
  • Replier à nouveau en deux, la largeur est donc de 6mm environ. Cette opération permet d'obtenir 4 épaisseurs de toile et donc une très bonne résistance à l'arrachement.
  • Piquer avec un point droit ou un point en zig-zag.
  • Découper en longueurs de 50 mm.
  • Replier en deux pour former une boucle et coudre à l'endroit désiré.

Pattes en DACRON :

  • Découper une bande en DACRON de 16 mm de large.
  • Plier en deux en largeur sur toute la longueur, la largeur est donc de 8 mm.
  • Piquer avec un point zig-zag.
  • Découper en longueurs de 50 mm.
  • Replier en deux pour former une boucle et coudre à l'endroit désiré.

Les pattes peuvent être équipées d'un anneau, celui-ci est à insérer dans la boucle de toile ou de DACRON avant couture de la patte sur la voile.

Il est aussi possible d'utiliser une sangle étroite du commerce pour réaliser des pattes.


Patte en toile de spi.


Patte en DACRON munie d'un anneau.


Les poches.

Les poches, ou comment immobiliser l'extrémité d'une baguette.
Une poche permet d'immobiliser l'extrémité d'une baguette, elle est constituée d'une bande de DACRON repliée sur elle même et cousue à l'extrémité d'une voile.

Afin d'assurer une bonne tension de la voile il est préférable de faire dépasser un peu la poche des bords de la voile (Fig. 6)

Exemple : poche pour une baguette de 5 ou 6 mm :

  • Découper une bande en DACRON de 7 cm de long et de 25 mm de large.
  • Replier en deux : à 4 cm d'une extrêmité.
  • Faire une couture au point droit à 5 mm des bords (CF Fig. 6)
  • Fixer la poche sur la voile par un point zig-zag sur les bords de la poche.

Fig. 6


Les renforts.

Les renforts, éviter les déchirures aux points de tension.
Les renforts sont constitués de morceaux de DACRON, la forme épouse le point de tension à protéger, il est généralement arrondi du côté intérieur de la voile, il peut aussi être triangulaire quand il équipe le coin d'un panneau.

Il faut prendre conscience que la réparation d'un cerf-volant déchiré est toujours périlleuse et que le résultat n'est jamais équivalent à celui que l'on aurait obtenu en renforçant correctement la voile lors de la construction. Il faut donc prendre le temps de poser les renforts nécessaire même si ceci prend beaucoup de temps.

Le renfort peut être utilisé :

  • Pour éviter les déchirements aux points de contrainte sur la voile.
  • Pour protéger la voile lorsqu'il y a passage de baguettes au milieu d'un panneau.
  • Pour assurer la tension d'une voile.

Il est possible d'associer un morceau de sangle en polyester (genre sangle utilisée pour les volets roulants) à un renfort destiné à la tension d'une voile.

Renfort de tension de voile :

  • Coudre sur le panneau, un morceau de sangle à l'endroit prévu pour le passage du sandow qui va tendre la voile (point zig-zag).
  • Poser par dessus le renfort en DACRON : couture sur le pourtour du renfort (point zig-zag)..
  • Percer avec un poinçon rougi à blanc, le trou de passage du sandow.

Renfort de passage de baguettes :

  • Poser à l'endroit du passage de baguettes sur le panneau, un renfort circulaire ou semi-circulaire suivant les besoins.
  • Coudre au point zig-zag le pourtour du renfort;
  • Découper au cutter ou au fer à souder le trou de passage des baguettes.

Les scellements.

Le scellement est une technique qui consiste à chauffer, avec une flamme (briquet) ou un fer à souder, l'extrémité d'une ligne afin de souder les fibres qui la constitue. Ceci évite que les extrémités ne s'effilochent.

A utiliser pour :


Séquence d'assemblage.

Afin d'obtenir le meilleur résultat possible il est conseillé de respecter l'ordre d'assemblage suivant :
  • Découpe des voiles.
  • Pose des renforts, fixation d'anneaux.
  • Percement des passages de baguettes dans les voiles.
  • Pose des ourlets.
  • Assemblage des voiles.
  • Pose des goussets.
  • Percement des points d'attache (bride, queue, tendeurs).
  • Pose des tendeurs en sandows.
  • Découpe et mise en place des baguettes.
  • Mise en place de la bride et de la ligne.
  • Et enfin ... premiers essais de vol !
 

Les tours de main.

1) Gabarits
  • Les gabarits sont taillés dans du carton fort, de l'isorel ou du papier fort comme le papier Kraft. Ils permettent de couper, en série, des panneaux de forme identique. Ce cas est très fréquent dans le cas de la construction d'un cerf-volant à caissons. Les gabarits en papier sont faciles à stocker et très maniables.
  • Lorsque le gabarit doit permettre la découpe d'un panneau qui présente un axe de symétrie, il suffit de découper un gabarit qui corresponde à la moitié du panneau final et de l'appliquer sur la toile préalablement pliée en deux suivant l'axe de symétrie. Cette dernière technique assure une parfaite symétrie du panneau obtenu.
2) Voiles multicolores Pour obtenir des voiles multicolores il faut coudre ensemble des panneaux de couleurs différentes. Cette opération doit être conduite avant la découpe finale suivant le gabarit de découpe.
Je préconise la méthode suivante pour assembler les panneaux de couleurs différentes (couture anglaise) :
  • Superposer les panneaux à coudre et les assembler avec un point droit à 5 mn du bord des panneaux.
  • Replier les panneaux en sens contraire le long de la couture précédente.
  • Piquer avec un point droit à 8 mm du nouveau bord (la première piqûre est maintenant "noyée" dans la seconde.
  • Eventuellement : plaquer les 8 mm de tissus bien à plat sur les deux panneaux, maintenir dans cette position par une piqûre droite à 2 mm du bord.
  • Traiter le panneau obtenu comme un panneau ordinaire : découpe, ourlets etc.

La couture finale doit se retrouver sur l'envers du cerf-volant.

Bien entendu les différentes piéces assemblées constituent le puzzle du panneau final, les formes et dimension des différentes piéces doivent être très proches de celles nécessaire à la constitution du panneau désiré.

Cette technique de décoration des voiles n'est valable que pour des assemblages rectilignes.

Il est possible d'obtenir un décor aux formes quelconques en pratiquant une application :

  • Découper la forme à appliquer.
  • La coller à la colle blanche pour papier sur la voile. Ce collage a pour but de maintenir la pièce en place et non à la fixer définitivement.
  • Piquer au point zig-zag le contour de la pièce (c'est à ce moment là que vous allez regretter d'avoir conçu un contour trop compliqué !).
  • Si la pièce a de petites dimensions par rapport à la voile : c'est terminé !
  • Si la pièce est de grande dimension vous pouvez alléger l'ensemble voile + pièce appliquée en découpant soigneusement, à quelques mm de la couture, la voile sous la pièce. Utiliser pour cela des petits ciseaux de broderie.

Une recommandation en ce qui concerne le décor d'une voile : prenez conscience que le cerf-volant est fait pour se retrouver en l'air et donc que la distance ne permettra pas de distinguer les petits détails : il faut donc styliser au maximum les décors et ne pas s'encombrer de détails !

3) Couper proprement une baguette en fibre de carbone ou en fibre de verre Pour obtenir une coupe nette et sans danger de blessure il suffit de coller un morceau de ruban adhésif à l'endroit de la coupe et de le décoller après l'opération de coupe.
Pour éviter l'arrachement des fibres à la fin de la coupe, lorsque la baguette bascule, il faut couper en la tournant sur elle-même afin de pratiquer une saignée qui sera progressivement approfondie.
Une scie à métaux, à denture la plus fine possible, donnera les meilleurs résultats. Pour la découpe de la fibre de verre de très faible diamètre (<3 mm), une pince coupante peut être utilisée.
4) Protection de la table de découpe Si vous êtes amené à utiliser une table de cuisine ou de salle à manger pour découper votre spi au cutter, il est vivement conseillé de la protéger ! Pour ma part, j'utilise un panneau d'isorel de 1 m2.
5) Fabrication des embouts Les mesures sont données pour une baguette de 5 ou 6 mm.
  • Découper un morceau de tube en plastique ou en aluminium dont le diamètre intérieur correspond à celui des baguettes à équiper et de 25 mm de longueur.
  • Entrer en force le morceau de tube qui va servir à fabriquer l'embout sur une baguette en ramin. Le morceau de tube peut alors être manipulé sans danger (voir les opérations suivantes).
  • Si le tube est en plastique : le chauffer avec précaution au dessus d'une flamme (table de cuisson) puis en écraser l'extrémité (sur 10 mm) avec une pince, s'il est en aluminium il suffit de l'écraser à froid.
  • Percer dans la partie aplatie un trou avec un foret de diamètre légèrement supérieur à celui du sandow utilisé.
  • Arrondir à la lime ou à la meule l'extrémité de l'embout.
  • Oter l'embout de son support après refroidissement.

Il faut noter que le fond de ces embouts n'est pas plat, l'introduction d'un petit morceau de coton au fond des embouts, avant la mise en place des baguettes, permet d'en protéger l'extrémité.


Chapitre précédent
Les outils.
Chapitre suivant
Cerf-volant pour enfant

Nous laisser un message


  Dernière mise à jour le dimanche 13 juin 2004 07:07